CRPMEM LR, du texte caché derrière le menu

connexion

Les métiers et les techniques de la pêche en Languedoc-Roussillon

Les chalutiers

Ce sont des navires de 18 à 25 mètres utilisés exclusivement pour la pratique au chalut.

De par son plateau continental étroit essentiellement constitué de dépôts sablonneux, qui descend en pente douce jusqu’à 40 milles nautiques des côtes, le Languedoc-Roussillon est propice au chalutage. Cette méthode consiste à tracter un filet en forme de poche sur le fond ou entre deux eaux.

Il s’agit d’un segment économique structurant de la façade littorale, bien qu’ils ne soient qu’une soixantaine en Languedoc-Roussillon.

En Méditerranée, les chalutiers quittent le port très tôt le matin et reviennent obligatoirement le jour même pour débarquer leurs pêches dans les criées. Le poisson est donc toujours frais du jour!

Le chalutage de fond

Le chalutage de fond Cliquer pour voir en plus grand

Le chalutage de fond

Le chalutage de fond consiste à pêcher en traînant le chalut sur le fond de la mer. Cet engin se compose de panneaux écarteurs et d’une ligne flottante dans la partie supérieure de la bouche, permettant une ouverture maximale dans l’eau, et d’une poche destinée à recueillir le poisson.

Le chalut est mis à l’eau et remonté à l’aide d’un treuil. Cette technique permet de capturer des poissons blancs démersaux et benthiques.

Espèces visés : sole, baudroie, merlu, poulpe, capelan, calamar, rouget, etc.

Le chalutage pélagique

Le chalutage pélagique. Cliquer pour voir en plus grand

Le chalutage pélagique.
IFREMER

Le chalut pélagique est un engin qui ressemble fort au chalut de fond. Sa différence majeure est qu’il ne travaille pas sur le fond mais dans la masse d’eau. Bien sûr, les espèces ciblées ne sont alors plus les mêmes. On les appelle les espèces pélagiques qui présentent d’autre part la caractéristique d’évoluer sous forme de bancs. D’apparition postérieure au chalut de fond dans la région, le développement du chalut pélagique a été soutenu par les professionnels dans le but de soulager la pression de pêche exercée sur les espèces de fond tout en permettant aux pêcheurs d’opérer une reconversion dans un métier très proche.

Espèces visées : sardine, anchois, maquereaux, etc.

[page suivante : les thoniers senneurs >>]